Alors bonne question ! En effet, même si la plupart des gens en France salent l’eau de leurs pâtes sans trop se poser de question, il n’en est pas de même dans le reste du monde.

Moi-même, je n’ai eu vent de cette pratique qu’en arrivant en France. Et ma foi, sur le coup, j’ai trouvé l’idée excellente, car j’avais l’impression que mon plat était bien meilleur.

Mais plus tard, lorsque j’ai eu le souci de diminuer mon apport de sel au quotidien, j’ai remis totalement en question ce principe.

Alors, aujourd’hui, nous allons nous pencher sur cette fameuse question : « Faut-il saler l’eau des pâtes ? ».

Ainsi, après plusieurs recherches et quelques mises en pratique, la réponse ne m’est pas parue si évidente que ça.

eau et sel

Mais tout d’abord, essayons de voir d’où vient l’origine de cette pratique.

Ainsi, il paraîtrait que saler l’eau des pâtes, permettrait, notamment :

  • de faire que l’eau bout plus vite
  • de rendre l’eau plus chaude et donc de faire que les pâtes cuisent plus vite
  • de rendre les pâtes meilleures au goût
  • de faire que l’eau se remette à bouillir plus vite. Par exemple, lorsqu’elle perd de la température après qu’on ait rajouté les pâtes

Vraiment !? Et bien, pour vous chers lecteurs, j’ai décidé de tenter plusieurs expériences pour vérifier tous ses dires et nous allons voir un à un tous ces arguments.

Les mythes autour de cette habitude de saler l’eau des pâtes

Cela permettrait de rendre les pâtes plus goûtues

Ok ! Ca, c’est plus facile à vérifier puisqu’il suffit de goûter, une fois, les pâtes qui ont été cuites dans de l’eau salée, pour se rendre compte de la différence. Et puis tout le monde sait que le sel rajoute forcément plus de goût. C’est d’ailleurs pourquoi on a tendance à en abuser.

Par ailleurs, il est quand même plus pratique de saler l’eau des pâtes que de saler vos pâtes dans votre assiette. C’est quand même plus homogène et pas de risque de croquer dans un grain de sel ou d’avoir un côté du plat plus salé que l’autre.

Cependant, il y aurait également d’autres explications quant à cette « affaire de goût » (jeu de mots 😉 ).

Tout d’abord, rajouter du sel avant de plonger vos pâtes, permettrait d’obtenir une solution saturée, laquelle préserverait le goût des pâtes et éviterait qu’il ne disparaisse dans l’eau. Et quand on sait qu’après il faut aussi les égoutter…

Tout, comme il semblerait que saler la soupe, vers la fin de cuisson seulement, permettrait de faire l’effet inverse. C’est-à-dire que, l’eau non salée, au début, permettrait que tout le goût des ingrédients se déverse dans le bouillon. Ce dernier, par conséquence, aurait plus de goût. Et là, c’est plus intéressant puisque l’eau du bouillon, on ne le jette pas, on le consomme.

Mouais, ça se défend, mais je ne suis pas très convaincue. D’autant plus que je n’ai pas trouvé d’études sérieuses appuyant cette hypothèse.

eau minérale
eau minérale

Ensuite, il semblerait, également, qu’il y aurait une influence du sel sur l’eau. Ainsi, le sel aurait comme vertu de l’adoucir lorsqu’elle est trop calcaire. Je vous évite toutes les explications scientifiques trop compliquées, mais en gros, l’eau salée empêcherait le calcaire de se déposer sur les pâtes et donc, de les rendre trop fades.

Je me suis laissée convaincre par cette théorie et j’ai donc cuit des pâtes dans de l’eau minérale comme il a été indiqué pour l’expérience. Résultat : l’eau n’était pas blanche opaque et le goût de mes pâtes n’était pas « horrible » comme on me l’avait prédit.

D’ailleurs, pour être franche, il n’y avait même pas de différence de goût entre les pâtes cuites dans l’eau minérale et celles cuites dans une eau beaucoup plus douce.

Rajouter du sel dans l’eau de cuisson, permettrait aux pâtes de cuire plus rapidement ensuite

Ce n’est pas faux, car il a été prouvé que le sel permet d’augmenter la température de l’eau de cuisson. En d’autres termes, l’eau est plus chaude et donc les pâtes cuisent plus vite.

Mais là encore, attention ! Car la différence est tellement infime que cela ne se remarque même pas. Ainsi, sur 10 min de cuisson, vous gagnerez à peine 2 secondes en faisant cuire vos pâtes dans de l’eau salée.

Mettre du sel dans l’eau des pâtes permettrait de faire bouillir l’eau plus rapidement

Désolée, mais c’est plutôt le contraire, car l’eau chargée en sel contient logiquement plus de matière que l’eau non salée. Par conséquent, elle mettra plus de temps à bouillir, car elle aura besoin de plus d’énergie. Et ça a été prouvé scientifiquement. Mais ici encore, la différence est tellement minime qu’elle est à peine perceptible.

Ainsi, le temps et la température d’ébullition de l’eau salée sont supérieurs à ceux de l’eau non salée, mais cela reste négligeable. Par exemple, la différence de température d’ébullition serait de quelques dixièmes de degrés seulement (on parle de 0,2 °C). Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.

N.B : la température d’ébullition de l’eau est la température à laquelle l’eau passe de l’état liquide à l’état gazeux, c’est-à-dire qu’elle bout. Ainsi, dans notre exemple, elle bout à 100° C sans le sel et à 100,2° C avec le sel.

L’ajout du sel dans l’eau de cuisson permettrait à l’eau de rebouillir plus vite après l’introduction des pâtes

Les bulles que vous voyez ressortir, lorsque vous versez du sel dans l’eau bouillante, sont trompeuses.

En effet, cela ne signifie absolument pas que la température de l’eau a augmenté et que les pâtes vont cuire plus vite, mais que l’ajout de sel stimule juste les bulles.

Donc vous pouvez oublier la technique « sel eau bouillante ».

Saler l’eau de cuisson permettrait d’empêcher les pâtes de coller entre elles

L’explication scientifique serait trop longue, mais plus globalement, le sel empêcherait, de manière considérable, la « gélatinisation » de l’amidon des pâtes lors de la cuisson.

Et comme on le sait, c’est l’amidon justement qui fait que les céréales collent entre elles, car il forme un gel pendant la cuisson (ex : l’amidon du riz qui rend le riz collant ou gluant, …).

cuire des pâtes
Cuisson de spaghettis

Par conséquent, si les amidons sont neutralisés, alors on a des pâtes qui ne collent pas entre elles (il y aurait aussi une autre explication avec le gluten, mais honnêtement, je n’ai pas pu vérifer).

Elle n’est pas belle la vie ? Minute papillon ! Car ça aussi j’ai testé et franchement, il n’y avait pas trop de différence entre les pâtes cuites dans de l’eau salée et celles cuites dans de l’eau douce. Et pour cause, elles collaient toutes les 2 !!

La seule façon que j’avais de VRAIMENT les empêcher de coller en se refroidissant, était soit de les rincer à l’eau froide, soit de rajouter un filet d’huile après les avoir égoutté.

Conséquence : saler l’eau de cuisson des pâtes n’est réellement utile que pour améliorer leur goût

Toutes ces croyances populaires, comme nous les avons vues, ne tiennent pas la route. Et même si certaines se sont avérées exactes, comme l’ajout de sel pour faire cuire les pâtes plus rapidement, la différence entre les résultats est tellement infime (quelques secondes) que c’est négligeable.

Par conséquent, les seuls arguments valables seraient celui de donner plus de goût aux pâtes et celui de les saler de manière uniforme.

Et encore, cela reste discutable puisqu’il n’y a pas, forcément, besoin de saler ses pâtes pendant la cuisson, si après on l’accompagne d’une sauce qui sera certainement déjà salée. Et oui, attention à l’apport de sel dans votre nourriture.

Cependant, j’ai entendu dire que saler ses pâtes en amont permettrait de moins se jeter sur la sauce et/ou le fromage par la suite. J’avoue que cet argument m’a séduit aux premiers abords. Mais le problème, c’est que, dans ce cas, il faudrait que je veille à ne pas trop saler mes pâtes pendant la cuisson et à ne pas trop saler ma sauce par la même occasion. Et là ça devient un peu trop compliqué pour moi.

2 assiettes de pâtes cuites avec et sans sel
2 assiettes de pâtes cuites avec et sans sel

Par conséquent, je préfère revenir à mes vieilles habitudes et donc, je préfère saler uniquement mes sauces pour pouvoir contrôler mon apport de sel.

Mais, tout cela dépend bien sûr de la recette de pâtes que je vais faire et si celle-ci exige que je sale mes pâtes, alors pas de souci.

Néanmoins, j’avoue que cette idée de mettre du sel pour nous empêcher d’abuser des sauces serait intéressante pour ceux qui veulent contrôler ce qu’ils mangent et pour ceux qui suivent un régime amaigrissant.

Il n’en reste pas moins que le choix vous appartient toujours et si vous voulez quand même saler vos pâtes, alors je vous indique, ci-dessous, la meilleure façon de le faire.

Comment saler l’eau des pâtes ?

Pour saler votre eau de cuisson, rien de plus simple. La règle est de 10 g de sel pour 1 L d’eau et 100 g de pâtes. Néanmoins, vous pouvez réduire la quantité de sel à 7 g. N.B : une cuillère à café rase de sel équivaut à 5 g.

Ensuite, libre à vous de mettre du sel dès le début (au moment où vous posez votre casserole sur le feu) ou seulement après ébullition. Puisque vous l’avez vu plus haut, cela n’a pas grande importance, car les différences sont à peine perceptibles.

Vous pouvez utiliser soit du gros sel, soit du sel un peu plus fin. Par contre, si vous utilisez du très gros sel, alors mettez-le dès le début car il aura plus de temps pour se dissoudre dans l’eau.

Et enfin, si vous prévoyez d’accompagner vos pâtes d’une sauce ou de tout autre accompagnement salé ou déjà assaisonné, alors faites attention à la quantité de sel que vous mettez dans l’eau de cuisson de vos pâtes.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire mes autres articles « comment faire cuire des pâtes ? » et « doit-on mettre de l’huile dans l’eau des pâtes ?« .

Voilà j’espère que cet article vous aura donné quelques pistes de réflexion. A vos claviers pour nous donner vos avis ! 😉