Si, aujourd’hui, les tomates farcies semblent occuper une place toute particulière dans la vie de bon nombre de Français, il n’en a pas toujours été le cas des tomates dans l’histoire de la gastronomie française.

En effet, à l’époque de leurs grand-parents et de leurs parents, cette recette se faisait souvent avec ce qu’on avait sous la main. Ainsi, on utilisait des restes de pot-au-feu, de rôti de viande, de veau, de volailles, … etc. Dès lors, chacun se rappelle des tomates farcies de sa chère maman ou de sa mamie.

Cependant, comme nous l’avons dit précédemment, les tomates n’ont pas toujours eu bonne presse dans l’histoire de la cuisine française, puisque, à leur arrivée en Europe, elles ont été longtemps boudées par les Français, les Hollandais et les Allemands.

Grappe de tomates

Ainsi, donc, avant de vous raconter l’histoire des tomates farcies, je vais d’abord vous raconter celle, passionnante, de la tomate.

Origine et Histoire de la tomate

L’origine de la tomate est le Pérou (Amérique latine). Ce fruit-légume est arrivé en Europe vers le 16e siècle. Et à cette époque, seuls les Italiens et les Espagnols le plébiscitaient et le consommaient sous forme de sauce. D’ailleurs, ils l’appelaient « pomme d’or » ou « pomme d’amour ». Cette dernière appellation était sûrement inspirée de sa ressemblance avec les fruits de la mandragore, lesquelles étaient réputées pour leurs propriétés aphrodisiaques.

Mandragore

Mais, du côté des autres Européens, c’était une toute autre histoire, car la tomate était considérée comme vénéneuse. Pourquoi ? Parce que les premières tomates étaient aussi petites que les tomates cerises que nous connaissons actuellement et qu’elles ressemblaient fortement à la belladone, plante potentiellement mortelle. De plus, leur couleur rouge était considérée comme une couleur satanique.

Dès lors, elles étaient reléguées au rang des plantes d’ornement ou servaient d’ingrédients aux préparations médicinales.

C’est aussi une des raisons pour lesquelles on a baptisé la tomate « Solanum lycopersicum » (pêche du loup). Ce qui rappelle aussi qu’elle vient de la famille des solanacées (plantes vénéneuses), tout comme la mandragore.

L’histoire de la tomate nous apprend ainsi que ce légume-fruit vient des Andes péruviennes où on l’appelait « Tumatl» (d’où l’origine de son nom européen).

le Pérou

Il a d’abord colonisé Naples (Italie) et l’Espagne, puis tout le bassin méditerranéen (Europe du Sud, Proche-Orient, Afrique du Nord).

A noter que le bassin méditerranéen comprend les régions situées autour de la mer Méditerranée :

-l’Europe du Sud comme la France (surtout la France provençale), l’Espagne, l’Italie, la Grèce, le Portugal, la Croatie, …

-le Proche-Orient comme la Turquie, la Syrie, la Palestine, …

-et l’Afrique du Nord comme le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, …

On raconte que ce sont les sans-culottes marseillais, lorsqu’ils sont montés à Paris lors de la Révolution, qui ont concouru à faire connaître la tomate au reste de la France.

Histoire des Tomates farcies

Mais, pour revenir à l’origine des tomates farcies, celles-ci font partie des « farcis » ou « petits farcies ». Ces derniers sont des spécialités de la cuisine traditionnelle du bassin méditerranéen justement. Mais, certains attribuent, carrément, l’origine de cette recette à la Grèce.

Ainsi, les farcis sont des légumes que l’on remplis de farce et que l’on cuit, généralement, au four. Ça peut être soit des courgettes, soit des feuilles de chou ou de vigne, soit des tomates, soit des aubergines, soit des potirons, soit même des fleurs de courgette, … etc. Et la farce utilisée est à base de viande ou de poisson, ou même de légumes. On utilise aussi, volontiers, des herbes aromatiques comme le thym, le laurier, la menthe, le persil, …

Paul Bocuse

Ce plat sentant bon la Provence a été popularisé par de nombreux chefs et écrivains tels que Grimod de la Reynière (1803) dans son « Almanach des gourmands », Paul Bocuse (1976) dans son livre « La cuisine du marché », puis, plus tard, Andrée Maureau, Philippe Etchebest, Farida Lounes…

Et depuis, cette recette, symbole de l’art de vivre méridional, est présente dans les plus grands restaurants et n’a de cesse d’être revisitée aussi bien par les professionnels que par les amateurs. Et ce, pour notre plus grand plaisir ! 😉

Cette petite histoire des tomates farcies vous a-t-elle plu ? Dites votre avis dans les commentaires.

Crédits : « Tomates farcies » (https://www.flickr.com/photos/lesphotosdejerome/); « Machu Picchu » (https://www.flickr.com/photos/oissaly/); « tomates » (https://www.flickr.com/photos/jmverco/); Elisabeth zu Hessen, Kassel 1598 f (https://www.flickr.com/photos/bibliodyssey/); « Paul Bocuse 1926-2018 » (https://www.flickr.com/photos/claveirole/)