Oignons verts
Botte d’oignons verts ou cébettes

Salut les cuisinautes ! Hé hé! Depuis que j’ai découvert ce terme « cuisinautes », il y a récemment, je l’adore ! Car c’est tellement parlant pour nous. Nous, les amoureux de la cuisine, mais… connectés ! 😉

Aujourd’hui, je débute ma rubrique « Apprendre la cuisine ». En effet, j’adore apprendre de nouvelles recettes et les tester (gourmande que je suis 😉 ), mais je n’oublie pas que j’ai aussi un but TRÈS important : celui de vous enseigner la cuisine. D’ailleurs, c’est l’une des principales raisons de l’existence de ce blog.

Pour que vous compreniez mieux la raison pour laquelle je me suis sentie investie de cette mission, lisez un peu l’histoire qui suit.

Dans une de mes nombreuses vies précédentes, j’ai été assistante d’éducation dans un collège. Bon, vous l’aurez deviné, je n’ai pas vécu plusieurs vies comme les chats, c’est-à-dire morte puis ressuscitée. Mais je veux dire par là que j’ai déjà fait l’expérience de plusieurs métiers et plusieurs choses super enrichissantes dans ma vie passée. Eh oui, à 35 ans, on a beau être jeune, mais on a quand même déjà vécu pas mal de choses (bonnes ou mauvaises d’ailleurs).

Et donc, lorsque j’étais assistante d’éducation (ou « pionne » d’une manière plus familière), j’adorais parler cuisine avec mes collègues féminines. Mais, malheureusement, elles n’étaient pas très branchées cuisine et, d’ailleurs, elles avaient développé beaucoup d’à priori à ce sujet. Je ne sais pas si c’est la tendance actuelle ou si c’est leur côté féministe trop exacerbée, mais toujours est-il qu’elles me considéraient comme has-been (démodée) ou même prétentieuse. C’était vraiment l’impression qu’elles me donnaient vu leur attitude méprisante lorsque j’abordais le sujet. J’avais l’impression d’être encore la mémère qui n’a d’autres ambitions que de passer du temps derrière les fourneaux ou qui fait exprès d’étaler ses connaissances en cuisine, car alors elles n’étaient vraiment pas douées dans ce domaine. Et je dois avouer que cela m’avait un peu chagriné et que je trouvais cela vraiment dommage que le simple fait d’aimer se faire à manger pouvait être perçu de cette manière.

Ensuite, un jour, une de ces filles est venue travailler et nous a raconté comment la veille, elle s’était préparée une salade de carottes au lieu de prendre celle toute faite dans la barquette et qu’elle était super contente. Alors là, je m’en rappelle très bien, car elle en a parlé presque toute la matinée et nous faisait comprendre qu’elle était hyper fière d’avoir pu éplucher et râper elle-même ses carottes. Je ne vous raconte pas à quel point j’étais ébahie de toute cette véhémence et de cette joie d’avoir fait une simple salade de carottes ! Comme si c’était un exploit d’avoir préparé un plat si ordinaire.

Néanmoins, j’étais assez contente pour elle, car je sais qu’elle n’aimait pas trop faire la cuisine et que c’était son copain de l’époque, je crois, qui cuisinait beaucoup plus qu’elle à la maison. Et puis elle avait sûrement d’autres qualités et tout le monde n’est pas obligé d’aimer cuisiner ou d’être assez fort dans ce domaine.

Toutefois, cette expérience m’a fait réfléchir. Et lorsque j’ai créé mon blog de cuisine, je me suis rappelée cet épisode. Et du coup, j’ai eu l’idée de créer une rubrique pour aider les gens à apprendre à cuisiner. En effet, je suis sûre que cette situation n’est pas un cas isolé et que beaucoup de personnes ne savent plus cuisiner. En effet, de nos jours, souvent les 2 parents travaillent et n’ont pas forcément le temps de transmettre ce savoir à leurs enfants.

Personnellement, j’ai appris à cuisiner relativement tôt. Je pense vers 9 ans. J’ai appris la cuisine, comme beaucoup de gens dans l’ancienne génération, en observant ma mère et en l’aidant pendant qu’elle prépare à manger. Et je suis sûre que la gourmandise m’y a beaucoup aidé aussi. Hé hé !

Alors tout ça pour vous dire que je dédie cette rubrique à toutes ces personnes qui n’ont pas eu cette chance d’apprendre la cuisine durant leur jeunesse. Et je la dédie aussi à toutes les personnes qui m’ont envoyé des messages, par l’intermédiaire de ce blog, pour me demander de leur apprendre à cuisiner.

Ici, j’aborderai tous les aspects utiles à un bon apprentissage de la cuisine. Je mettrai un point d’honneur à entrer dans les détails afin de mieux vous aider. De plus, aucune question n’est idiote ni stupide, au contraire, elles sont toutes bonnes et tous les sujets méritent que l’on s’y penche. D’ailleurs, ici le mot d’ordre sera « la bienveillance » et nous bannirons tout jugement. Si le niveau est trop bas pour vous ou que vous êtes déjà bien rodés en cuisine alors, allez voir les autres recettes plus élaborées. Mais si les bases vous manquent et que vous avez soif d’apprendre, alors cette rubrique est faite pour vous ! 😉

Et maintenant, sans plus tarder, allons aborder notre sujet du jour : « Comment préparer les oignons ou cébettes ? ».

Comment préparer les oignons verts ou cébettes ?

Et donc pour inaugurer cette toute nouvelle rubrique, je vous propose, aujourd’hui, de vous apprendre la préparation des oignons verts. Toutefois, ce terme est assez généraliste et désigne parfois la cébette, parfois la cive, parfois la ciboule, … etc. Je vous en parlerai, sûrement, plus en détails, dans un prochain article. Mais, ici, nous allons prendre en exemple la cébette.

Cébettes
Coupez l’élastique ou la ficelle

Ensuite, où trouver les oignons verts ? Et bien, dans les supermarchés, dans les épiceries asiatiques (surtout), au marché, chez les petits producteurs, … etc. Et vous pouvez même en cultiver chez vous, dans un potager ou même dans des petits pots de fleurs.

« Épluchez » les oignons verts

Tout d’abord, épluchez les cébettes.

Et pour ce faire, commencez par leur couper la tête. C’est-à-dire, coupez l’extrémité qui présente des racines. Oh de pas beaucoup, disons 2 mm environ. Toutefois, si vous voulez faire repousser vos oignons verts en pots, alors coupez quelques millimètres plus et mettez-les dans une petite coupelle d’eau avant de les replanter dans la terre.

Comment préparer cébettes
Coupez la tête de l’oignon vert

Ensuite, coupez l’extrémité des « feuilles » ou tiges vertes. Mais attention, car si vos tiges sont encore bien verts et assez beaux, alors ce n’est pas la peine de couper une trop grande partie. Coupez juste la petite pointe. Ceci afin de garder le plus de partie utilisable et ne pas jeter une trop grande partie à la poubelle. De plus, ce n’est pas comme les poireaux dont il faut couper une grande partie des tiges vertes, car elles sont trop dures et trop fibreuses. Mais, si au contraire, les oignons sont un peu vieux et que leurs tiges présentent beaucoup de parties sèches ou jaunies, alors enlevez-les. Ôter toutes les parties qui ne sont plus belles, car elles ne sont plus utilisables, mais épargnez les parties qui sont encore vertes. Et donc, coupez juste là où il faut.

Préparations oignons verts
Coupez les tiges vertes abimées de l’oignon vert
Préparer oignons
Coupez les parties abîmées de la tige verte
Comment préparer cébettes
Coupez toutes les parties abîmées des tiges vertes
Comment préparer oignons verts
Coupez juste la petite pointe si la tige verte est bonne

Et enfin, enlevez, comme si vous les épluchiez, les parties abîmées de la tige blanche. Si nécessaire, entaillez la tige blanche dans le sens de la longueur et vous n’aurez plus qu’à tirer sur les petites « peaux » extérieures ou « pellicules » abîmées pour les enlever.

Préparer oignons verts
Enlevez toute la partie abîmée de la tige blanche
Préparation cébettes
Enlevez la couche extérieure abîmée de l’oignon vert
Oignons verts ou cébettes
L’oignon vert est prêt
Cébettes ou oignons verts
Faites de même pour le reste des cébettes

Nettoyez les cébettes

Ensuite, vous devez rincer vos oignons verts.

Si vous en avez une grosse quantité, alors utilisez une petite bassine d’eau et vous rincerez vos cébettes dans cette eau. Et vous n’aurez plus qu’à renouveler cette dernière pour le 2nd rinçage.

Nettoyer cébettes
Nettoyez un par un les oignons verts
Nettoyer oignons verts
Vous pouvez aussi les nettoyer sous l’eau du robinet

Mais si, au contraire, vous n’avez que quelques tiges à nettoyer, alors rincez-les sous l’eau du robinet.

Vous devez rincer vos oignons verts un par un afin que cela soit plus efficace. Et pour ce faire, frottez doucement, sous l’eau, chaque tige avec vos doigts. N’hésitez d’ailleurs pas à écarter chaque tige verte, car de la terre pourrait encore s’y dissimuler.

Laver cébettes
Nettoyez bien entre les tiges pour débusquer toute saleté

Découpez ou émincer les cébettes

Encore ensuite, vous pouvez hacher vos cébettes une par une ou plusieurs d’un coup, car il vous suffirait de les aligner horizentalement. Deux solutions se présentent à vous : soit vous les hachez normalement, soit vous les hachez en diagonale.

Émincer cébettes
Émincez ou hachez les oignons verts

Toutefois, cela dépend de l’utilisation que vous allez en faire après. Par exemple, pour agrémenter une salade, vous pouvez hacher complètement vos cébettes. En d’autres termes, des tiges vertes à la tige blanche. Mais si, par exemple, vous voulez les faire cuire avec un canard laqué, alors vous pouvez garder la tige intacte ou juste coupée en 2 dans le sens de la largeur ou même de la longueur.

Comment préparer les oignons vert ou cébettes
Émincez le reste des cébettes

Quand et comment utiliser les oignons verts ?

Et enfin, il existe multitudes de recettes avec des cébettes. Pour illustrer ceci, les oignons verts s’utilisent, par exemple, dans des recettes de soupes, dans des omelettes, en salade, … Et dans beaucoup d’autres cuisines encore.

Une petite mise en garde toutefois, lorsque vous ne les utilisez pas crus, car les oignons verts sont très fragiles. Par conséquent, rajoutez-les au dernier moment ou quelques minutes avant la fin de cuisson de votre plat.

Par exemple, j’en utilise souvent lorsque je prépare des nouilles instantanées. Dans ce cas, je ne rajoute mes cébettes hachées, dans la soupe bouillante, que quelques minutes avant d’éteindre le feu.

La conservation des cébettes

Les oignons verts se conservent comme les salades. C’est-à-dire après avoir été lavés, préparés et « séchés ». Attention, je ne vous dis pas de faire sécher vos cébettes comme on fait sécher les tomates. Mais comme lorsque vous essorez vos salades après les avoir lavées.

Personnellement, je ne mets pas mes oignons dans l’essoreuse, mais je les aligne, pendant un moment, sur un torchon propre ou dans une assiette. Juste le temps qu’elles se débarrassent de leurs gouttes d’eau. Ensuite, je les mets dans un récipient plastique avec couvercle, ou encore un sac de congélation. Je rajoute, parfois, un papier absorbant, car les oignons verts, tout comme les salades, se gardent encore plus longtemps dans un milieu non-humide. De cette manière, je peux garder mes oignons, facilement, plus d’une semaine au réfrigérateur (voir 2 semaines). De plus, je n’ai plus à les préparer, en amont, à chaque fois que j’en ai besoin.

Et enfin, vous pouvez soit hacher vos oignons, soit les laissez tels quels avant de les stocker dans le frigo.

Petite remarque, toutefois, car vous pouvez aussi garder vos oignons verts non préparés et non lavés dans le réfrigérateur. Prenez seulement soin de les mettre dans un sac en plastique. Cependant, ils vont rapidement sécher et se flétrir.

Sinon, vous pouvez toujours tremper les têtes (avec les racines) dans un petit verre d’eau et changer l’eau régulièrement. De cette manière, vous pouvez garder vos cébettes dans le réfrigérateur plus d’une semaine.

Et pour terminer, les oignons verts peuvent se congeler, mais personnellement, je pense que c’est bien meilleur de les utiliser encore frais. En effet, les cébettes ont tendance à se ramollir et à perdre de leur goût après congélation. Idem, lorsqu’elles sont séchées, elles n’ont presque plus de goût.

Et voilà, j’espère que cet article vous a plu et vous a appris plein de bonnes choses. N’hésitez pas à poser vos questions en bas, dans les commentaires.