Salut à tous ! Nous revoici de nouveau avec une nouvelle recette ! Mais pas que puisque nous venons aussi avec une nouvelle technique de cuisine : la cuisson à la cocotte-minute ou à l’autocuiseur !

Ok ok , vous allez me dire que ce n’est pas un truc nouveau puisque vos grands-parents (ou même arrière-grands-parents) cuisinaient DÉJÀ avec la cocotte-minute. Mais croyez-moi, il se trouve, dans ce monde, des personnes qui n’ont jamais encore cuisiné avec. Et ce n’est pas une tare ni une honte, car chacun fait comme il peut pour se débrouiller dans la vie. 😉

Et donc, aujourd’hui, en plus de vous livrer une délicieuse recette, et bien je vais aussi vous apprendre comment utiliser cet appareil afin que vous puissiez gagner du temps.

Pour la petite histoire, cette idée m’est venue, lorsque je cherchais un moyen de gagner du temps en cuisine. En effet, si vous connaissez bien mon blog maintenant, vous savez que j’adore les bons petits plats mijotés comme le couscous, le bœuf bourguignon, le bœuf braisé, la viande aux haricots, le romazava de boeuf et brèdes mafane, haricots blancs et saucisses, … etc.

Mais, malheureusement, ces plats mettent un temps fou à cuire. Alors, j’ai pensé à l’autocuiseur. Hé hé hé, c’est quand même moins cher que les autocuiseurs électriques ou les multicuiseurs très en vogue en ce moment.

Et en plus, en cherchant bien, j’ai pu me dégoter une vieille cocotte-minute, en plus de celle que mon chéri avait héritée de sa grand-mère.

Autocuiseur ou cocotte-minute
Autocuiseur ou cocotte-minute

Par ailleurs, il faut aussi que je vous dise que cette idée d’utiliser cet appareil a été confortée par une question d’un de mes lecteurs. En effet, cette personne, après avoir lu « La technique infaillible pour attendrir une viande dure », m’a demandé comment faire si on souhaitait utiliser un autocuiseur : notamment, quelle quantité d’eau utiliser ; combien de temps de cuisson ; …

Et donc, j’ai passé plusieurs jours à tester dans ma petite cuisine pour vous donner le meilleur de mes résultats.

Néanmoins, cela ne s’est pas fait sans mal, car je peux vous dire que j’en ai brûlé des fonds de cocotte ! Ha Ha Ha ! Au grand dam de chéri qui a l’habitude de toujours faire attention à ses affaires.

Bon, restons sérieux. Alors, voici déjà quelques consignes pour ceux qui ne connaissent pas le concept ou bien petit rappel pour ceux qui le connaissent déjà :

  • la cocotte-minute ou l’autocuiseur est un ustensile de cuisine qui permet de cuisiner les aliments sous haute pression.
  • elle est faite d’un métal très épais et peut se fermer hermétiquement. Par ailleurs, elle est équipée d’une valve de dépressurisation (ou soupape de dépressurisation).
  • elle permet soit une cuisson directe dans le fond de la cuve, soit une cuisson dans le panier vapeur.
  • ses avantages sont qu’elle permet, entre autres, de réduire de beaucoup le temps de cuisson. Ce dernier est divisé par 2 voire plus. Pour illustrer ceci, lorsque j’ai acheté la pointe de porc sans os, il était recommandé, sur la barquette, de la faire cuire pendant 3 h 30 min dans une cocotte normale, mais seulement 45 min dans un autocuiseur !!

Mais comment ça marche une cocotte-minute ? Eh bien, vous mettez vos ingrédients dans la cocotte, vous rajoutez un peu de liquide et vous la fermez hermétiquement. Ensuite, vous mettez le feu au maximum. Et dès que la soupape siffle et tourne, vous abaissez le feu (feu doux ou feu moyen). Cela permet d’entretenir suffisamment la température et la pression à l’intérieur pour faire cuire l’aliment.

Mais attention, car ici, je décris la fonction des anciennes cocottes-minutes. Pour les autocuiseurs plus récents, veuillez vous conformer au manuel d’utilisation de votre appareil.

Et donc, pour ma première recette utilisant ce genre d’ustensile de cuisine, je vais vous parler de la recette facile et rapide du porc au chou blanc.

Recette facile et rapide de porc au chou blanc
Ingrédients pour recette facile et rapide de porc au chou

C’est un plat facile à faire mais assez long à cuire. Néanmoins, grâce à l’autocuiseur, vous ne perdrez plus de temps et du coup, vous pourrez en faire une recette quotidienne.

Par ailleurs, le chou que j’ai choisi, ici, est un type de chou cabus (ou chou blanc). Ce dernier est différent du chou frisé, car ses feuilles sont plus lisses et d’un vert plus clair.

Ensuite, comme je vous l’ai dit plus haut, j’ai fait plusieurs tests avant d’avoir des résultats concluants.

Par exemple, dans cette recette, vous pouvez choisir soit une rouelle de porc avec os, soit de la pointe sans os à mijoter. Ou toute autre viande de 2e ou 3e catégorie.

La rouelle de porc est un morceau de la partie large de la cuisse du porc. En général, elle se présente sous la forme d’une grosse tranche ronde et épaisse, avec de la couenne et un os au milieu. C’est un morceau vraiment bon marché, car elle coûte, en moyenne, 3 € seulement le kilo (en comparaison des autres viandes qui peuvent coûter entre 15 et 25 € le kilo).

Rouelle de porc avec os
Rouelle de porc avec couenne et os

La pointe sans os est aussi un morceau du cochon qui n’est pas en reste puisqu’elle ne coûte pas cher non plus (5 €/kg). Même si elle n’est pas très connue, elle est excellente dans les plats à mijoter. Par ailleurs, c’est une viande assez maigre et, généralement, elle ne contient pas d’os.

Porc la pointe sans os
La pointe sans os (porc)

Par conséquent, dans cette recette, vous avez l’embarras du choix concernant le morceau de porc et d’ailleurs, je vous montre comment faire dans les 2 cas.

En fait, le principe de cette recette est qu’il faut attendrir la viande en amont avant de rajouter vos tomates que vous transformerez en sauce. Puis vous terminerez en rajoutant votre chou et le reste des ingrédients. Cependant, c’est du porc braisé alors votre sauce et votre plat en entier ne doivent pas contenir trop de liquide. Il faut que cela reste relativement sec.

Pour continuer, revenons à cette nouvelle méthode de cuisson. En effet, il faut, également, que je vous dise les quelques constatations que j’ai pu faire au gré de mes expériences :

  • ainsi, pour commencer la cuisson à l’autocuiseur, vous devez mettre le feu au maximum afin de faire monter la pression et la température assez rapidement.
  • Ensuite, dès que la valve de dépressurisation commence à tourner et à siffler, vous devez mettre à feu doux. Cependant, j’ai toujours choisi d’abaisser à feu moyen seulement, car je trouve que la cuisson à feu doux n’est pas assez forte ni assez rapide.
  • Puis, lorsque vous souhaitez ouvrir le couvercle, éteignez le feu avant d’enlever la soupape et de laisser évacuer toute la vapeur. Ce n’est seulement que lorsque l’autocuiseur est silencieux que vous pouvez desceller celui-ci. Attention, c’est très important, car n’oubliez pas qu’il y a une pression de dingue (!!!) dans votre marmite et que cela peut faire très mal si vous faites une mauvaise manipulation de votre appareil. Je ne dis pas qu’il pourrait exploser, mais je ne dis pas que c’est impossible non plus.
  • Ensuite, les résultats dépendent de la qualité de votre appareil (marque, âge, joint d’étanchéité, …), de la nature de la viande (bœuf, porc, viande très dure avec couenne et os, viande maigre et pas trop dure, …), de la quantité d’eau, de la quantité de viande à attendrir, du temps de cuisson, du degré de tendreté souhaité, si la viande est congelée ou pas, et même de votre cuisinière (à gaz, à induction, …), … etc.
  • Ainsi, par exemple, j’ai pu attendrir 400 g de rouelle de porc avec 50 cl d’eau et un temps de cuisson de 45 min. Mais sans que je sache pourquoi, il m’est arrivé d’attendre 1 h 30 et d’utiliser 75 cl pour attendrir ma viande. Néanmoins, tout était tendre, et même la couenne était fondante.
  • Autre exemple, j’ai fait attendrir de la pointe sans os avec seulement 30 cl d’eau et pendant 30 min seulement aussi.
  • Et enfin, dernier exemple, pour 500 g de viande bovine spéciale pot-au-feu, j’ai dû utiliser 75 cl d’eau et faire 1 h de cuisson. Mais pour l’attendrir encore plus, j’ai dû rajouter 25 cl d’eau et encore 30 min de cuisson en plus. La viande se détachait elle-même de l’os et le gras était bien fondant.
Viande bovine spéciale pot-au-feu
Viande bovine spéciale pot-au-feu
Viande bovine
Avec 75 cl d’eau et 1 h de cuisson, la viande est tendre et il reste un peu de jus
Viande autocuiseur
Après 30 min de cuisson en plus et l’ajout de 25 cl d’eau, la viande est encore plus tendre. De plus, il ne reste plus de jus mais que du gras.
Viande de boeuf
La viande bovine à l’autocuiseur est vraiment fondante.
  • Par conséquent, avant de vous lancer dans cette entreprise, commencez toujours petit. C’est-à-dire, mettez 50 cl d’eau et ne faites cuire que pendant une demi-heure seulement. Ensuite, vérifiez la tendreté de votre viande. Si elle n’est pas assez tendre à votre goût, alors rajoutez encore 15 min de cuisson (après que la soupape ait sifflé). Et ainsi, de suite jusqu’à ce que votre viande soit devenue tendre. Par ailleurs, rajoutez un peu d’eau à chaque fois (15 cl environ) que vous remettez votre viande sur le feu, si vous jugez que c’est nécessaire, afin de ne pas faire tout faire brûler.
  • Sachez aussi qu’il n’y a pas besoin de mettre beaucoup d’eau pour attendrir votre viande, car l’eau s’évapore difficilement étant donné que tout est hermétique. Toutefois, si vous n’en mettez pas assez, cela n’empêchera pas toute l’eau de s’évaporer et votre viande risque fort de brûler.
  • Le problème dans ce mode de cuisson, est que si votre viande brûle, cela ne se sent pas tout de suite ou ne se voit pas (pas de fumée), car la cocotte est scellée et ce d’une manière hermétique. De ce fait, il vous serait très difficile de juste soulever le couvercle à chaque fois (comme pour une cocotte normale) pour vérifier que tout se passe bien et que rien ne brûle. Dans ce cas, restez vigilant et faites plusieurs tests si vous n’êtes pas sûr de vous. Par ailleurs, comme dit plus haut, commencez pas des petits temps de cuisson (30 min, puis 15 min à chaque fois). Mais voici une petite astuce qui pourrait vous sauver la mise : parfois, on peut entendre la viande « grésiller » ou « chantonner » lorsqu’il n’y a plus d’eau dans le fond de la cocotte et surtout lorsque la viande a fait beaucoup de gras. A ce moment là, vous savez qu’il est temps de couper le feu et de vérifier la viande.

Et enfin, je ne pouvais finir sans quelques consignes de sécurité :

  • faites attention à la vapeur d’eau qui s’échappe de votre autocuiseur soit par la soupape, soit lorsque vous l’ouvrez ;
  • attention à ne pas vous brûler avec la soupape même si celle-ci comporte une partie en plastique pour être retirée sans danger lorsqu’elle est brûlante, car elle contient aussi une partie en métal (la preuve, je me suis déjà brûlée par inadvertance) ;
  • n’ouvrez JAMAIS votre cocotte-minute tant que la valve n’a pas expiré toute la vapeur (ça, je l’ai déjà dit, mais je le redis encore);
  • utilisez toujours du liquide dans votre cocotte pour cuire vos aliments ;
  • à l’inverse, ne remplissez jamais votre autocuiseur de liquide au-delà des 2/3 de sa capacité afin de ne pas boucher l’orifice de la soupape de sécurité ;
  • nettoyez régulièrement la soupape de dépressurisation ;
  • remplacez votre joint d’étanchéité tous les ans afin d’éviter les fuites de vapeur entre la cuve et le couvercle et aussi pour optimiser le temps de cuisson ; …

Et voilà ! Je m’excuse pour ce pavé, mais il y avait tellement à dire. D’ailleurs, je pense déjà à faire un article, un jour, sur la manière d’utiliser les différentes cocottes-minutes.

Et maintenant, à vos cocottes ! 😉

Accompagnement : riz, pain, blé, …

Porc au chou avec la pointe sans os (recette facile et rapide avec l’autocuiseur)

Préparation

0/0 étapes effectuées
  1. Découpez le porc en gros morceaux si ce n’est déjà fait. Mettez-le dans la cocotte-minute et rajoutez 30 cl d’eau. Puis faites cuire le tout pendant 30 min. C’est-à-dire comptez 30 min après que la soupape ait commencé à tourner et à siffler.
  2. Pendant ce temps, lavez les légumes. Découpez les tomates en gros morceaux. Émincez le chou et l’oignon. Puis épluchez et écrasez l’ail.
  3. Lorsque le porc est cuit et bien tendre, vérifiez s’il reste de l’eau. S’il n’en reste plus du tout, alors rajoutez 25 cl d’eau. Mais s’il en reste un peu, alors utilisez-la en rajoutant de l’eau pour faire 25 cl au total. C’est pour faire cuire les tomates par la suite.
  4. Ainsi donc, rajoutez les tomates. Écrasez-les bien afin que le jus sorte et mouille le fond de la cocotte (c’est pour empêcher le fond de brûler). Remettez sur le feu et comptez encore 15 min de cuisson après que la soupape ait commencé à « chanter ».
  5. Lorsque la tomate a bien cuit, vérifiez s’il ne reste pas trop de jus. Si c’est le cas, alors refaites cuire quelques minutes sans le couvercle afin de faire évaporer le maximum de jus.
  6. Puis rajoutez le chou, l’ail et les oignons. N’oubliez pas de saler et de rajouter 5 C.S d’huile. Et remettez le tout à cuire pendant 25 à 30 min environ et à feu moyen. Cette fois-ci vous n’avez pas besoin de mettre le feu très fort ni d’attendre que la soupape siffle pour commencer à compter le temps de cuisson. Ceci pour la simple raison que le chou cuit assez vite et n’a pas besoin d’être attendri. 😉

Recette facile et rapide de porc au chou en images

Porc la pointe sans os
Faites cuire les morceaux de la pointe avec 30 cl d’eau pendant 30 min
Ingrédients pour porc braisé
Pendant ce temps, lavez et découpez les légumes. Découpez les tomates, émincez le chou et l’oignon et écrasez l’ail.
Porc cuisson en cocotte-minute
Le porc est bien cuit et bien tendre. Il ne reste plus d’eau au fond de l’autocuiseur.
Porc braisé
Rajoutez les tomates et 25 cl d’eau.
Porc à la sauce tomate
Faites cuire 15 min pour en faire une sauce. Ici, vous voyez que la sauce est bien sèche, car on voit le fond de la cocotte-minute toute sèche.
Porc braisé au chou
Rajoutez le chou, l’oignon et l’ail et un peu d’huile. N’oubliez pas de saler.
Porc braisé au chou blanc
Faites cuire le chou pendant 20 à 25 min.

Porc au chou avec une rouelle de porc (recette facile et rapide avec la cocotte-minute)

Préparation

0/0 étapes effectuées
  1. Découpez le porc en gros morceaux et mettez-le dans l’autocuiseur avec 50 cl d’eau. Puis faites la cuire une première fois pendant 45 min ou 1 h 30 min. Notez bien que si vous la faites cuire plus longtemps, alors rajoutez un peu d’eau pour ne pas que cela brûle.
  2. Lorsque le porc est cuit et bien tendre, vérifiez s’il reste de l’eau. S’il n’en reste plus du tout, alors rajoutez 25 cl d’eau. Mais s’il en reste un peu, alors utilisez-la en rajoutant de l’eau pour faire 25 cl au total. C’est pour faire cuire les tomates par la suite.
  3. Ainsi donc, rajoutez les tomates. Écrasez-les bien afin que le jus sorte et mouille le fond de la cocotte (c’est pour empêcher le fond de brûler). Remettez sur le feu et comptez encore 15 min de cuisson après que la soupape ait commencé à « chanter ».
  4. Lorsque la tomate a bien cuit, vérifiez s’il ne reste pas trop de jus. Si c’est le cas, alors refaites cuire quelques minutes sans le couvercle afin de faire évaporer le maximum de jus.
  5. Ensuite, rajoutez le chou que vous aurez, préalablement, lavé et émincé. Puis rajoutez aussi l’oignon émincé et l’ail écrasé. Il n’y a pas besoin de rajouter de l’huile, car ce morceau est déjà assez gras. N’oubliez pas de saler. Et enfin, remettez le tout à cuire pendant 25 à 30 min environ et à feu moyen. Cette fois-ci vous n’avez pas besoin de mettre le feu très fort ni d’attendre que la soupape siffle pour commencer à compter le temps de cuisson. Ceci pour la simple raison que le chou cuit assez vite et n’a pas besoin d’être attendri. 😉

Conseils et astuces

  • La viande et la sauce tomate ne doivent pas contenir trop d’eau avant de rajouter votre chou. Car comme la viande braisée à la Malgache, la sauce doit être « sèche ». En principe, le porc braisé ne contient pas beaucoup de bouillon.
  • Cette recette facile et rapide de porc au chou est encore meilleure si vous rajoutez un peu de thym. Miam !
  • Au moment de mettre le chou, si vous n’êtes rassuré et que vous avez peur que le chou ne brûle, alors rajoutez 10 cl d’eau environ. Mais normalement, le chou est gorgé d’eau et cela devrait suffire à le faire cuire sans brûler dans l’autocuiseur. Par ailleurs, mélangez bien le chou avec la sauce et la viande afin qu’il soit bien en contact avec le fond de la cocotte-minute et puisse libérer très rapidement l’eau qu’il contient. Ceci permet de ne pas brûler votre recette.
  • Dans cette recette, il est préférable de ne pas utiliser le mode de cuisson à feu fort, puis à feu doux pour cuisiner votre chou. En effet, vous risquez de le brûler. Cependant, si vous voulez quand même grappiller encore un peu de temps, alors n’oubliez pas de rajouter un peu d’eau (quelques cl) au fond de la cocotte. Ensuite, scellez l’autocuiseur et mettez à feu fort quelques minutes, puis ramenez assez rapidement à feu moyen pendant 15 min. Cela devrait suffire à faire cuire le chou. À noter que dans ce cas, il ne faut pas attendre que la soupape siffle pour abaisser le feu. En effet, il n’y aura pas assez d’eau pour le faire siffler très rapidement. Elle tournera et sifflera, mais beaucoup plus tard.
  • Pour gagner encore plus de temps, essayez de faire cuire vos tomates en même temps que votre morceau de porc. Par exemple, si vous savez que votre viande cuit seulement en 30 min, alors rajoutez en même temps vos tomates, car elles cuisent aussi entre 20 et 30 min. Mais si votre viande est plus dure et cuit 1 h 30 par exemple, alors ne rajoutez vos tomates que 30 min avant la fin de la cuisson afin qu’elles cuisent en même temps que votre viande. Cela permet toujours de réduire votre temps de cuisson.

Cette « recette-article » vous a plu ? Alors dites-le nous dans les commentaires ! 😉